Comprendre la bisexualité

Bienvenue sur etre-homo.com ! Si vous êtes nouveau ici, vous voudrez sans doute savoir “Comment je suis passé de hétéro. mal dans ma peau, à homo. épanouie” c’est gratuit et je répond aux problèmes courants que l’on rencontre quand on est homosexuelle : Cliquez ici pour voir la vidéo gratuitement ! Merci de votre lecture, et à très vite sur etre-homo.com ! 🙂   La bisexualité est souvent un mot qui intrigue ou alors qui fait peur, voire qu’on évite. Pourtant, l’amour n’a pas de genre (ou de sexe) et personne ne s’étonne d’aimer des femmes et des hommes… Aimer est un sentiment simple à la base, mais que les êtres humains compliquent beaucoup. Essayons de comprendre un peu mieux ce qu’est la bisexualité.

La bisexualité n’est pas uniquement une question de sexe

Ce terme est sujet de controverses ou d’attaques souvent par méconnaissance et déni. Les personnes qui ont le courage de se qualifier comme bisexuelles ont tout simplement accepté le fait qu’elles aiment aussi bien les hommes que les femmes. Mais qui n’aime que des personnes d’un seul sexe ? Les misogynes probablement… Quoique, leurs sentiments envers les femmes sont issus la plupart du temps d’un désamour maternel ou d’une femme qu’ils ont… aimée. Nous aimons tous, au long de notre vie, des femmes et des hommes. Personne ne pourra venir me dire le contraire. Chacun d’entre nous, à sa façon. Beaucoup considèrent ce genre de sentiments aimants comme de l’amitié (qui a la même racine que “amour”). Ou de l’admiration lorsqu’une telle relation ne peut être établie. Si les gens comprenaient que la bisexualité est avant tout basée sur l’amour, elle ne susciterait certainement plus autant de controverses.

L’amour est un sentiment complexe…

Malheureusement, dans notre société, la bisexualité est plus “comprise” comme l’attirance sexuelle d’une personne envers les deux sexes. Les guillemets, comme vous l’aurez probablement compris, indiquent bien qu’il s’agit de tout le contraire. Puisque les personnes qui rejettent ou attaquent les bisexuel(le)s ne comprennent pas vraiment ce terme. En fait, elles le rejettent de toutes leurs forces sans même chercher à comprendre pourquoi. Aimer une personne ne se résume pas au sexe. Loin de là. Tout comme le fait d’aimer la compagnie de quelqu’un n’est pas non plus de l’amour. D’ailleurs, l’attirance sexuelle, à elle toute seule, non plus. En effet, elle peut faire partie d’une osmose entre deux personnes.

Aimer, c’est quoi ?

amour L’amour est un sentiment profond et complexe. Quand on aime une personne, on apprécie ses qualités, sa compagnie, sa manière d’être, ses valeurs. Comme vous le savez, personne n’est parfait. Lorsqu’on aime, on accepte aussi les petits défauts de la personne aimée… Quelquefois ils peuvent même nous attirer et constituer le charme de cette personne. Pour l’aspect physique c’est un peu la même chose. On peut admirer le physique ou les détails d’une personne pour laquelle on a des sentiments, qu’elle soit femme ou homme. Cela ne choquera donc personne. D’ailleurs, les ami/e/s n’ont pas honte de le dire sans craindre d’être qualifié/es de bisexuel/les. Toutefois, d’ici jusqu’à reconnaître qu’on puisse être attiré/e sexuellement par un ami/e du même sexe, il y a un long chemin. Que la plupart de personnes évitent de prendre. Par peur, dans la majorité des cas. Une peur inconsciente. Alors, beaucoup de personnes préfèrent rejeter cette pulsion. Pourquoi ?

Une lutte intérieure entre le conscient et l’inconscient

Rejeter l’homosexualité ou la bisexualité, quelquefois avec violence, permet de faire partie de la norme. Puisque la norme considérée, à tort, par notre société est l’hétérosexualité, alors tout ce qui ne correspond pas à la norme est qualifié d'”anormal”. La norme devrait être, tout simplement… l’amour. Le rejet violent de ses propres ressentis provoquent en soi un mal-être qui est souvent attribué à tout sauf à cela. C’est de ce rejet que naît la violence et le sentiment d’homophobie. Un cercle vicieux se forme : de peur de ne pas être “anormal” on rejette et on nie nos ressentis. C’est de “l’amitié virile” ou une “amitié sincère” et surtout pas une attirance physique, voire même sexuelle. Les femmes et les hommes sont tous concernés par cette lutte intérieure. Une bataille entre ce qu’ils ou elles ressentent et la “traduction” du conscient de ces sentiments ou ressentis. La bisexualité déclarée permet de s’affranchir de cette lutte. En admettant qu’on est bisexuel, la personne affiche clairement sa sexualité en laissant libre cours à ses sentiments. Elle permet de ne plus transformer négativement ce qu’elle ressent au plus profond de soi. Il est bien plus facile de se convaincre qu’on ne ressent aucune attraction pour le même sexe que de commencer à se poser des questions sur son homosexualité ou sa bisexualité. L’être humain choisit souvent la facilité, tout en rendant l’existence plus compliquée :-)… Aussi incroyable que cela puisse paraître!

Être honnête avec soi-même

Se connaître soi-même est un long chemin. S’avouer ses plus intimes sentiments et ressentis est quelquefois si difficile, qu’on comprend alors que le dire aux autres relève de l’impossible. D’ailleurs, c’est une des raisons pour lesquelles peu de personnes cherchent à connaître qui elles sont vraiment de façon authentique. Au plus profond d’elles-mêmes. Une telle introspection remettrait en cause trop de choses. Au risque de bouleverser une vie “bien rangée”, de susciter le désaccord des autres, les critiques, les attaques. Au risque de vous choquer (ou pas 😉 puisque si vous êtes en train de lire, il est fort possible que vous ayez l’esprit ouvert…) je dirais que nous sommes tous bisexuels. Tous ceux ou celles qui aiment profondément et véritablement. Pas ceux qui prétendent ou croient aimer…. mais ceux et celles qui le font vraiment. Sincèrement, totalement. Toutefois, peu de personnes auraient le courage de laisser leurs sentiments aller au-delà de la surface. Même se révéler à soi-même une attirance pour son ami/e du même sexe risquerait de faire trop de “dégâts”. Sur soi-même et sur les autres.

Le “bien” et le “mal”

C’est ce que la société nous inculque depuis notre plus tendre enfance : la “morale“, c’est-à-dire la définition arbitraire de ce qui est “bien” ou “mal”. C’est ce que les parents, les proches, l’entourage et la société nous font comprendre insidieusement. Tout au long de notre vie. Sinon, on “risquerait” d’être homosexuel ou “pas normal”… ou bisexuel. Avoir envie d’embrasser un/e ami/e est peut-être un des sentiments les plus simples issus de l’amour. C’est ce que font spontanément les petits enfants qui s’apprécient : ils s’embrassent, sans vérifier le sexe de l’autre, sans juger. C’est un des sentiments des plus rejetés également, car l’admettre ouvrirait un chemin “trop compliqué”. Il sera difficile “d’entrer dans une case”… Pourtant, aimer est un sentiment humain normal, que tout le monde accepte comme pouvant se manifester pour les deux sexes sans que cela relève de l’anormal… amour

Conclusion

Si toute personne qui aime profondément une autre, peu importe son sexe, laissait ses ressentis s’exprimer librement, il y aurait beaucoup plus de bisexuels (déclarés) sur la planète 🙂 ! Bien plus d’amour et de compréhension aussi ;-). Toutefois, ne pensez pas que tout le monde peut aimer… Loin de là. Aimer veut dire se soucier de l’Autre. Par exemple, les pervers narcissiques, hommes ou femmes, n’ont aucun sentiment d’amour pour l’Autre. Vous pouvez lire plus sur notre article à ce sujet.  

A propos :

Cet article ta plu ? Va encore plus loin en visionnant ma vidéo “Comment je suis passé de hétéro. mal dans ma peau à homo. épanouie ?” , qui retrace les problèmes les plus courants quand on est homosexuelle : Cliquez ici pour la regarder tout de suite !   

Ma solution rapide pour vous aidez :

Je propose aussi de t’accompagner dans les différentes problématiques que tu rencontres actuellement  (coming out, confiance, trouver l’amour, se remettre d’une rupture, démarches vers la parentalité …) : Cliquez ici pour en savoir plus !

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.