Lesbiennes féminines, la vérité qui dérange

Zoom sur les lesbiennes féminines

On les appelle parfois les “lipsticks” parce que le cliché voudrait qu’elles aiment porter du rouge à lèvres ; les lesbiennes féminines. À côté de celles que l’on surnomme butches, à l’allure résolument plus masculines, les lesbiennes féminines sont aujourd’hui encore victime d’une multitude de stéréotypes et autres jugements, dont quelques-uns proviennent parfois de la communauté LGBT elle-même…

Retour sur les lesbiennes féminines, les lesbiennes invisibles !

Quand les lesbiennes portent des jupes et des robes…

Remercions les clichés qui ont définitivement la peau dure; une lesbienne ne peut, visiblement, pas s’habiller, se comporter autrement que d’une manière masculine… Du moins selon l’idée établie. Pour être une femme aimant une femme, ou les femmes en général, il faudrait donc se plier aux stéréotypes de la communauté gay. Chemise entreouvertes sous un débardeur, cheveux coupés cours, le parfait dressing de la lesbienne selon beaucoup…

Pourtant, de nombreuses homosexuelles aiment porter leurs cheveux longs, se maquiller, mettre du vernis sur leurs ongles, porter des jupes, ou encore des talons. Bref, la parfaite image stéréotypée de l’hétérosexuelle.

Si Océanerosemarie a fait un spectacle en 2009 sur “La lesbienne invisible”, c’était bien pour évoquer cette réalité, qu’elle dépeint avec beaucoup d’humour. La lesbienne féminine dérange, elle questionne, elle n’est pas reconnue…

Lesbienne féminine, les stéréotypes qui reviennent…

À côté des androgynes, des femmes à l’allure volontairement masculines, des butches et autres “camionneuses”, la lesbienne féminine passe inaperçue…

Dans la rue, les hommes l’abordent. Au travail, on ne se doute pas de la sexualité de cette charmante collègue à qui on continue de proposer de rencontrer un homme ou un autre. Dans le cercle d’amis, on évoque souvent “une sexualité erronée“, “la bonne rencontre avec un homme qui n’a pas encore eu lieu“. Dans les bars gays, on ne les aborde pas, les confondant avec des hétérosexuelles probablement présentes pour accompagner une bande d’amies…

Derrière ces vérités pouvant sembler dérisoires, c’est pour certaines, une réalité des plus gênantes. Fatiguées de devoir se justifier de leurs sexualités, qui n’est en rien antinomique à leurs styles vestimentaires, les lesbiennes féminines continuent de se taire, de se cacher quelques fois, et d’essuyer les commentaires quelques fois violents…

Mouais, tu cherches une femme parce que tu es déçue des hommes“, “Toi, tu n’es pas VRAIMENT lesbienne, ça se voit tout de suite“, “Mais t’es trop jolie comme femme pour être lesbienne“, sont autant de phrases qui peuvent marquer leur quotidien, des mots quelques fois violents quand on prend le temps d’y réfléchir !

Au sein de la communauté LGBT elle-même, les lesbiennes féminines sont victimes de préjugés en tout genre. Leurs opposés, les butches sont quelques fois celles qui expriment le plus clairement leur avis. Pour elles, ce ne sont donc pas de véritables lesbiennes, puisqu’elles ne se plient pas aux stéréotypes en vigueur…

Face à cela, on retrouve différentes voix qui se font entendre. La comédienne Océannerosemarie en France, ou encore Jodi Savitz aux États-Unis, réalisatrice du documentaire Girl on Girl, qui évoque la réalité de celles qui aiment les femmes, du haut de leurs talons aiguilles et leurs jupes résolument féminines…

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *