Violence conjugale : les homosexuel/le/s sont aussi concernées

vedettes battues par Alexsandro Palombo - etre-homo.com

 

Bienvenue sur etre-homo.com ! Si vous êtes nouveau ici, vous voudrez sans doute savoir “Comment je suis passé de hétéro. mal dans ma peau, à homo. épanouie” c’est gratuit et je répond aux problèmes courants que l’on rencontre quand on est homosexuelle : Cliquez ici pour voir la vidéo gratuitement ! Merci de votre lecture, et à très vite sur etre-homo.com ! 🙂

 

D’abord, soyons claires!

La violence conjugale, ce n’est pas de l’amour.
Que ce soit clair. Les sentiments amoureux n’excusent PAS, n’expliquent PAS, ne justifient PAS…

  • les reproches,
  • les cris,
  • les humiliations,
  • les coups qui pleuvent,
  • la chair qui saigne,
  • les os qui se brisent,
  • …une vie qui s’arrête.

Aimer, c’est comprendre, c’est respecter.
Respecter l’intégrité de l’Autre, physique et morale. Sa dignité.
C’est un préalable. L’attitude de base que l’on doit à tout être humain, qu’il ou elle soit:

  • homosexuel/le
  • hétérosexuel/el
  • bisexuel/le
  • …n’importe quoi d’autre.

Ces (faux) portraits de stars, créés par l’artiste Alexsandro Palombo, devraient attirer votre attention. L’amour de notre vie, la femme que nous avons choisie et qui nous a choisie, doit s’épanouir à nos côtés, comme une magnifique fleur. Nous devons l’aider à atteindre le meilleur d’elle-même, à devenir une “star” en quelque sorte.
PAS dépérir et même… mourir de nos mains.

vedettes battues par Alexsandro Palombo - etre-homo.com

Survivre en territoire inconnu(?)

Au début, lorsqu’un couple se forme, chaque personne cherche à concevoir un “système de fonctionnement” avec l’autre. On ne “livre” pas un nouveau partenariat de vie à deux avec son “mode d’emploi” qui détaille tout, comme lorsqu’on joue au Monopoly ou qu’on installe sa nouvelle machine à laver. Non.

L’humain est infiniment plus complexe. Il faut donc l’écrire ensemble, avec patience et amour. Simplement certains d’entre nous ont une conception particulière de l’amour, possessive, maladive… violente. Nous verrons pourquoi un peu plus loin.

Donc, établir des règles de fonctionnement dans un couple est un processus long et complexe, car il y a de nombreux domaines de la vie à inventorier, des difficultés parfois inattendues à dépasser. Telle la violence conjugale potentielle. C’est comme explorer ensemble un territoire inconnu, comme ces émissions en vogue à la télé où l’on abandonne des être humains – volontaires – sur une île déserte et où on les laisse se débrouiller entre eux pour survivre…

Vous connaissez, n’est-ce pas?

Des relations qui se radicalisent

Avez-vous remarqué comment les rapports humains – les relations – évoluent rapidement entre les participants, une fois débarqués sur la plage, parfois après seulement quelques heures? Comment des leaders s’affirment aux dépens des autres pour mettre en action leurs idées?

Lorsque les moustiques viennent à l’attaque, que la pluie transperce les vêtements et les volontés les plus solides, que la faim rend irritable et prête à tout, le groupe commence à s’organiser plus ou moins bien. Le choix entre collaboration et compétition se fait cruellement sentir. En fait, il faut savoir prendre les décisions nécessaires, savoir comment… les imposer aux autres d’une manière ou d’une autre. Pour survivre.

Quelquefois, cet ascendant des meneuses ou meneurs d’équipe, ce charisme, vient d’une autorité naturelle. D’autres fois, d’une violence cachée et retenue que les autres sentent bien, et s’y soumettent parce que leur survie en dépend.

Momentanément. Car tous les participants savent que ce n’est qu’un… “jeu”.
Temporaire.

Il y a toujours de “bonnes” raisons dans notre passé…

Vivre en couple c’est explorer un vaste territoire. Plus complexe qu’une île exotique.
Sauf qu’il n’est pas complètement inconnu.
ET qu’il ne s’agit PAS de survivre, mais de VIVRE, tout simplement.

GROSSES différences.

En effet, pour affronter la vie et ses vicissitudes, il faut s’organiser, savoir “qui fait quoi”. Chacun/e des partenaires sait en théorie de quoi elle/il est capable, quels sont ses choix, ses envies. Cela peut aller des plats préférés, à la sexualité en passant par le job, les loisirs, etc.

Beaucoup d’entre nous, les homosexuel/le/s, ont une vie difficile. Où il faut lutter, aux sens figuré et parfois littéral du terme. Lutter pour exister, pour assumer notre sexualité naturelle mais “contre nature” pour tant d’autres qui nous jugent. Il faut s’arrêter de lutter quand on aime.

Quand parle-t-on de violence conjugale?

Chez certains, cette lutte permanente et extrême contre la société, contre leurs parents, contre des hommes, a créé une sorte de banalisation d’un comportement extrême lui aussi: la violence verbale, la violence physique ou morale parfois.

Lorsque l’on n’arrive pas à faire comprendre son point de vue chez l’autre, une “bonne” insulte, une “bonne” baffe suffisent. Et l’autre exécute, sans discuter. Quelle facilité, n’est-ce pas?

Donc plus besoin d’expliquer quoi que ce soit. En deux secondes, c’est réglé. BANG!

Et la violence conjugale peut commencer comme ça. Simplement.
Banalement.

Si une alarme ne s’allume pas à ce moment-là dans ta tête, tu peux devenir une victime perpétuelle dans ton propre couple.

Car… “qui ne dit mot consent“.
Si tu te tais, tu es d’accord avec ce type de comportement.

Alors, tes tourments ne feront que commencer.

Y-a-t-il des chiffres?

Lorsque j’ai commencé à rédiger cet article, j’ai fait des recherches et je dois avouer que je suis consternée par le fait qu’en France, aucune étude sérieuse n’a été menée à ce sujet. Le site officiel de l’Etat n’aborde pas ce genre de “détail”. Tout au plus parle-t-on empiriquement de 11% de femmes lesbiennes ayant fait l’objet de violences conjugales. Décevant.

J’ai donc cherché ailleurs. En Amérique du Nord, le Canada aborde les choses de façon plus courageuse.

Mais, la palme d’Or revient aux États-Unis d’Amérique. Regardez un peu cette affiche:

CDC - toxic feminity - etre-homo.com

Ici, on peut lire en anglais: “D’après le CDC: La violence relationnelle est la plus fréquente dans les couples lesbiens, ensuite dans les couples hétérosexuels*, puis dans les couples d’hommes gays. En d’autres termes, le plus grand facteur de prédisposition à la violence dans une relation est la présence d’une femme. – *Les femmes initient 70% de la violence conjugale. – IL EST TEMPS DE COMMENCER UNE CONVERSATION SUR LA TOXICITÉ FÉMININE

Le choc.

Alors, vous en pensez quoi?

Je ne sais pas pour vous, mais lorsque j’ai lu ces quelques phrases, j’ai eu un choc. Vraiment.
Les chiffres sont alarmants et surtout, le profil du coupable est clair: la FEMME. À 70%. SOIXANTE-DIX-POUR-CENT. Relisez bien.

En effet, comme vous le savez, sur ce site nous parlons sans tabous de tous les aspects de la vie des femmes homosexuelles. En fait, nous croyons que les non-dits sont les véritables ennemis de notre cause. Et notre cause, c’est l’amour.

Ensuite, j’ai retrouvé la vaste enquête de 2010 menée par le CDC, le Centre américain de Prévention et de Contrôle des Maladies, intitulée l’Enquête Nationale sur la Violence Sexuelle et le Partenaire Intime. Tu peux la lire (en anglais). C’est édifiant.

Admettre l’impensable…

Certes le plus difficile, c’est d’admettre que tu es une victime de violence conjugale. Que celle que tu aimes… te maltraite, t’humilie, t’agresse, te bat. C’est humiliant, avilissant.
Dans ces moments-là, que ton corps souffre de partout, que ton âme et ta chair saignent, que tu es seule à chialer dans un coin, tu peux même te prendre pour une vraie… bonne à rien (pardon).
Ce que tu n’es pas.

Mais il est où l’amour, là?
Où???

Eh bien… nulle part. En réalité, il n’existe plus. Il est mort, et tu vas y passer aussi si tu te laisses faire.

Car c’est justement là qu’il faut faire preuve d’un courage authentique: sois brutalement sincère avec toi-même.
Dis STOP.

Sors au plus vite de cette relation morbide. Prends des mesures, comme contacter une association d’aide ou, en France, téléphone au 3919.

En résumé, pense d’abord à toi. Ce n’est pas égoïste.
Tu te dois ton propre… amour.

violence-femmes etre-homo.com

 

A propos :

Cet article ta plu ?
Va encore plus loin en visionnant ma vidéo “Comment je suis passé de hétéro. mal dans ma peau à homo. épanouie ?” , qui retrace les problèmes les plus courants quand on est homosexuelle : Cliquez ici pour la regarder tout de suite ! 

 

Ma solution rapide pour vous aidez :

Je propose aussi de t’accompagner dans les différentes problématiques que tu rencontres actuellement  (coming out, confiance, trouver l’amour, se remettre d’une rupture, démarches vers la parentalité …) : Cliquez ici pour en savoir plus !

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.